Rechercher

Dronabinol: informations pour les médecins et les patients

Dernière mise à jour : 11 janv.

Qu'est-que le dronabinol? Dans quel cas est-il prescrit? Est-ce un produit sûr? Autant de questions que nous traitons au sujet de cette préparation à base de THC.


TABLE DES MATIÈRES

(cliquez sur le lien pour accéder directement au chapitre)


1. fiche technique
2. indications thérapeutiques
3. efficacité
4. spasticité
5. nausée/vomissements
6. douleurs
7. anorexie/cachexie
8. maladie d'Alzheimer/Parkinson
9. posologie, mode et durée d'utilisation
10. données cliniques
11. récepteurs et système cannabinoïde
12. grossesse/allaitement
13. effets secondaires
14. interactions
15. contre-indications
16. toxicologie
17. précautions d'utilisation
18. étude de cas
19. informations complémentaires



1. Fiche technique


Désignation: Dronabinol (DCI) trans-Δ9-tétrahydrocannabinol

Formule brute : C21H30O2

Poids moléculaire : 314.468g

Structure moléculaire:











Formule développée : le principe actif, le dronabinol ((−)-trans-Δ9-THC), se présente sous forme d’une résine presque incolore, solide à température ambiante, qui se colore rapidement en brun par oxydation. La matière première utilisée pour la fabrication synthétique est le cannabidiol (CBD), qui est extrait de l'écorce d'orange.


Données pharmaceutiques:

  • Gouttes huileuses de dronabinol 2,5 % THC, NRF 22.8. sous forme de préparation magistrale.

  • Une goutte correspond à 0,5 - 0,6 mg de dronabinol.

  • La solution est conditionnée dans des flacons avec compte-gouttes intégré et bouchon à l'épreuve des enfants.

  • Durée de conservation : 26 semaines à partir de la date de fabrication.


2. Indications thérapeutiques


L'utilisation du dronabinol convient avant tout chez les patients chez qui les autres analgésiques n'ont pas donné les résultats escomptés ou ne sont pas tolérés.


Chez les patients qui peuvent profiter du large profil d'action (analgésie, anti-émétique, relaxation musculaire, augmentation de l'appétit, amélioration de l'humeur) du dronabinol, comme dans les soins palliatifs, oncologie, en cas de sclérose en plaques et de lésions de la moelle épinière.


Également en tant que substance synergique avec d'autres analgésiques, en particulier les opioïdes, ce qui permet d'obtenir une une meilleure analgésie avec des effets secondaires réduits. En cas de douleurs neuropathiques pour lesquelles les analgésiques habituels sont insuffisamment efficaces.

efficacité du dronabinol
Graphique: propriétés thérapeutiques du dronabinol - source: Grotenhermen et al (2004), "Cannabis et cannabinoïdes".

Le dronabinol étant une préparation à base de THC pur, son action se porte essentiellement sur la relaxation musculaire, les effets anti-émétiques (anti-nausée/vomissements) et la stimulation de l'appétit.


Les effets analgésiques, sédatifs et anti-inflammatoires sont en revanche négligeables.


3. Efficacité thérapeutique


Preuves apportées par des études cliniques (niveau de preuve Ia ou Ib):

  • Nausées et vomissements, en particulier chez les patients sous chimiothérapie

  • Cachexie (dépérissement) et perte d'appétit chez les patients atteints du VIH ou d'un cancer

  • Spasticité et douleur neuropathique dans la sclérose en plaques

  • Trouble spastique de la vessie en cas de sclérose en plaques ou de section transversale

  • Syndrome de Gilles de la Tourette

  • Douleurs neuropathiques dans le VIH/sida

  • Glaucome

  • Douleurs en cas de polyarthrite rhumatoïde


Par des études non randomisées (niveau de preuve II), des études descriptives (niveau de preuve III) ou des preuves par des rapports d'expérience (niveau de preuve IV):

  • Maladie d'Alzheimer (II)

  • Maladie de Parkinson (II)

  • Inhibition de la croissance des glioblastomes (II)

  • Maladie de Crohn et autres maladies inflammatoires de l'intestin (IV)

  • Douleur chronique (IV)

  • Douleurs neuropathiques (non associées à la SEP ou au VIH) (III ; IV)

  • Épilepsie (IV)

étude sur le dronabinol
Graphique: Situation des études des différentes indications selon le niveau de preuve "faible" (< 3), "moyen" (3-6) et "élevé" (> 6)

De nombreuses publications dans la littérature spécialisée attestent à la fois de l'effet positif du dronabinol dans le cadre de différentes pathologies, ainsi que sa faible toxicité. Le graphique 2 donne un aperçu du nombre d'études sur les différentes indications.


4. Spasticité musculaire et tremblements


Chez les patients atteints de SEP et de troubles médullaires, le dronabinol a des effets myorelaxants, analgésiques et améliore l'humeur. Ces patients gagnent en mobilité et en qualité de vie grâce au traitement au dronabinol. Les patients rapportent en outre des effets bénéfiques sur la marche, la vessie, la fonction cardiaque et intestinale.


Une série d'études cliniques a montré que le dronabinol réduit un grand nombre de symptômes typiques et pénibles, dont la spasticité à l'endormissement, les douleurs musculaires, les douleurs dans les jambes pendant la nuit, tremblements, spasticité lors des réveils nocturnes, fourmillements au niveau du visage, des bras, des jambes et du tronc.


Les cannabinoïdes influencent les structures motrices centrales. L'effet thérapeutique est basé sur les interactions avec le système de transmission neuronale glutamatergique, GABAergique et dopaminergique.


Tant le mécanisme pharmacologiqu que le large spectre d'action du dronabinol offrent aux patients souffrant de spasticité une autre option thérapeutique.


5. Nausées et vomissements


Malgré les bons résultats du traitement médicamenteux avec les antiémétiques classiques de dernière génération, il existe des patients qui ne répondent à aucun de ces médicaments. Le dronabinol permet d'aider ces patients peuvent souvent être aidés.


Entre-temps, les mécanismes d'action du dronabinol dans l'anti-émétique sont au moins partiellement compris. Ainsi on trouve dans les structures centrales responsables du contrôle des nausées et des vomissements, de nombreux récepteurs cannabinoïdes. De plus, lors d'études animales, les agonistes cannabinoïdes ont inhibé l'activation des récepteurs de la 5T3.


Le dronabinol occupe d'autres points d'attaque que les antagonistes de la sérotonine ou les corticostéroïdes, qui peuvent être pertinents pour l'anti-émétisme. En raison de ces différents mécanismes d'action, le dronabinol peut aider les patients qui ne sont pas soulagés de leurs symptômes par les antiémétiques classiques.


6. Douleurs


La douleur est un phénomène multifactoriel et symptomatique. Les personnes souffrant de douleurs chroniques ont besoin d'un thérapie individuelle.


Tous les patients ne peuvent pas être suffisamment aidés par les possibilités classiques de traitement de la douleur ; pour eux, le dronabinol représente une véritable alternative. Tant le mécanisme d'action pharmacologique que le spectre d'action font du dronabinol une substance très intéressante.


La découverte des cannabinoïdes endogènes (anandamides) comme deuxième système endogène pertinent pour le traitement de l'asthme a permis d'améliorer la qualité de vie des patients.


Le système endocannabinoïde est étroitement lié au centre de l'anxiété, et les endocannabinoïdes jouent un rôle rôle déterminant dans l'effacement de la mémoire de la douleur. Le dronabinol permet d'utiliser ces précieux mécanismes d'anti-chronification propres à l'organisme peuvent être activés. Le système cannabinoïde a une fonction protectrice endogène. Les récepteurs cannabinoïdes se trouvent sur les différents points de contact du traitement périphérique et central de la douleur. Avec le dronabinol, on dispose donc d'une substance analgésique puissante qui permet d'activer ces mécanismes endogènes.


Comme les opioïdes, le dronabinol exerce des effets analgésiques via les voies ascendantes et descendantes de la douleur, mais ceux-ci sont médiatisés par des récepteurs différents (récepteurs CB1 et CB2). Le dronabinol atténue la suractivité neuronale, module la transmission de la douleur et a donc une importante fonction neuroplastique et fonction neuroprotectrice. L'interaction avec le système opioïde ouvre en outre la voie à l'association de la dronabinine avec d'autres substances.


En occupant différents récepteurs, on obtient une efficacité synergique et donc un soulagement plus important de la douleur avec une possibilité de une réduction de la dose d'opioïdes. Ceci est particulièrement intéressant pour les patients qui souffrent d'effets secondaires importants dus à la consommation d'opioïdes. Contrairement à ces derniers, le dronabinol n'a pas d'effet dépresseur sur la respiration.


7. Anorexie et cachexie


Le dronabinol a fait ses preuves dans le traitement de la perte d'appétit et de poids en cas de SIDA, de nausées et de vomissements en cas de cancer du sein. vomissements en cas de chimiothérapie anticancéreuse et chez les patients gériatriques.


Comme la cachexie est souvent due à un ensemble complexe de causes et de symptômes, son traitement n'est pas facile. n'est pas facile à traiter. L'optimisation de l'apport alimentaire ne suffit généralement pas à stopper la perte de poids. L'alimentation orale et parentérale n'augmente généralement que la part de graisse, mais pas celle de protéines. mais la part de protéines corporelles. La médecine empirique connaît depuis longtemps les effets de stimulation de l'appétit du cannabis. du cannabis. L'effet de stimulation de l'appétit du dronabinol a pu être démontré dans des études cliniques de phase II et III chez des patients atteints de cancer. patients atteints de cancer et de SIDA.


8. Démence, maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson


Les patients atteints de démence, leurs proches et les soignants bénéficient grâce au dronabinol d'une réduction des d'agitation nocturne, d'agressivité, d'états confusionnels, d'agitation ainsi que d'une augmentation de l'appétit.


Les cannabinoïdes ont un effet neuroprotecteur. Il a été démontré, entre autres, que les cannabinoïdes réduisent, par le biais d'un mécanisme lysosomal médié par le CB1, l'inflammation des neurones. l'apoptose des neurones induite par la bêta-amyloïde. (J. Noonan et al., J. Biol. Chem. 285, 38543 (2010))


Une modélisation informatique de l'interaction THCAChE a révélé que le THC se lie au côté périphérique de l'AChE. côté anionique de l'AChE, la région critique impliquée dans la formation de l'amyloïde". (Eubanks LM et.al 2006).


Le dronabinol offre une autre option thérapeutique aux patients atteints du syndrome démentiel.


Le traitement des patients atteints de la maladie d'Alzheimer se limite essentiellement à des traitements médicamenteux. des thérapies. La prise d'antidépresseurs tels que la mémantine, le donépézil ou la galantamine est souvent accompagnée de nausées, vomissements, de l'agitation et des maux de tête.


Les effets secondaires des antidépresseurs et des neuroleptiques, également prescrits, peuvent être neuroleptiques sont par exemple la fatigue, la chute de tension, la perte d'appétit et les vertiges. Actuellement, on ne peut toutefois obtenir qu'un soulagement à court terme des symptômes. Après peu de temps déjà, les patients reviennent à la situation initiale. La confusion et la perte d'appétit qui en découlent ne peuvent pas être traitées de manière satisfaisante.


9. Posologie, mode et durée d'utilisation


La dose initiale habituelle est de 2,5 mg par voie orale. Cette dose ne provoque généralement pas d'effets psychotropes subjectifs. effets psychotropes et est généralement bien tolérée. Ensuite, en fonction de la symptomatologie, il faut la dose doit être augmentée jusqu'à ce qu'un effet thérapeutique suffisant soit obtenu.


Les gouttes doivent être prises sur un morceau de pain ou un biscuit au beurre ; en raison de la consistance huileuse des gouttes de dronabinol, il n'est pas recommandé de les prendre avec du thé ou de l'eau.


La dose journalière est généralement répartie en deux ou trois prises. Dans le traitement antiémétique, il convient des doses quotidiennes (jusqu'à 90mg/m2 max. de surface corporelle), réparties en 6 prises, ne doivent en aucun cas être dépassées. ne doivent pas être dépassées. Afin d'éviter autant que possible les effets indésirables, il est recommandé, en fonction de l'indication et de l'effet, de procéder à la dosage individuel progressif, le cas échéant sur une période prolongée.


La biodisponibilité du dronabinol administré par voie orale est optimale à jeun. C'est pourquoi les patients doivent prendre le dronabinol immédiatement avant un repas.


dosage dronabinol selon pathologie
Tableau: Dosage et titration selon indications thérapeutiques (KOF = Surface Corporelle)

10. Données cliniques

Tableau: pharmacocinétique du dronabinol
Tableau: pharmacocinétique du dronabinol

La substance active est presque entièrement absorbée après une prise orale, mais elle est soumise à un effet de premier passage. La biodisponibilité est de 10 à 20%. Après métabolisation hépatique (hydroxylation microsomale et oxydation), les métabolites sont éliminés à 65-80% par voie biliaire et fécale. L'excrétion rénale n'est que de 20-35%.


La liaison aux protéines plasmatiques est d'environ 97%. L'élimination se fait en deux phases, avec une demi-vie primaire de 4 heures et une demi-vie terminale de 25 à 36 heures.


En raison du volume de distribution élevé (10L/kg), le dronabinol et ses métabolites sont éliminés en petites quantités pendant plusieurs semaines et sont détectables aussi longtemps dans les analyses d'urine et de sang.


11. Récepteurs et systèmes cannabinoïdes


Le dronabinol exerce un effet agoniste sur au moins deux récepteurs cannabinoïdes (récepteurs CB) qui font partie du système endocannabinoïde. système endocannabinoïde. Ces récepteurs CB1 et CB2 sont activés par des ligands endogènes. (endocannabinoïdes), mais aussi activés par le dronabinol (THC). Les récepteurs CB1 sont principalement situés dans le système nerveux central et périphérique et y modulent la sécrétion de neurotransmetteurs.


Les récepteurs CB1 se trouvent dans les ganglions de la base et dans le système dopaminergique mésolimbique où ils traitement de la douleur, l'augmentation de l'appétit, la sensation de récompense et la neuroprotection ; dans le cervelet, ils sont dans la coordination des mouvements, dans le noyau du tractus solitaire dans les vomissements et les nausées, dans l'hippocampe et dans le cerveau. l'hippocampe et l'amygdale dans le conditionnement, le couplage émotionnel, la peur et la mémoire. consolidation de la mémoire. Dans l'hypothalamus, elles contrôlent les fonctions neuroendocrines et dans la moelle épinière, elles modulent les neurones nociceptifs dans le tractus spinothalamique.


Les récepteurs CB2 se trouvent principalement dans la microglie, qui joue un rôle dans les maladies inflammatoires et dégénératives du SNC. joue un rôle dans ces maladies. Les cellules cibles importantes des récepteurs CB2 se trouvent dans les tissus périphériques du système immunitaire. système immunitaire, où elles régulent à la baisse les cytokines pro-inflammatoires et à la hausse les cytokines anti-inflammatoires.


D'autres tissus et cellules cellulaires pour les récepteurs CB1 ont été mis en évidence. L'effet agoniste du dronabinol sur les récepteurs CB1 entraîne, en raison de leur distribution dans différentes régions du système nerveux central et périphérique, entraîne par exemple une analgésie, relaxation et à une sensation de bonheur. Le récepteur CB1 peut être inhibé pharmacologiquement, par exemple par le Rimonabant, une substance active utilisée dans le traitement de l'obésité.


Les fonctions des récepteurs cannabinoïdes diffèrent de celles des récepteurs opiacés, de sorte que l'agonisation des deux classes de récepteurs peut produire des effets synergiques.


Sources :

Pertwee RG. Cibles pharmacologiques et thérapeutiques pour le Δ9-tétrahydrocannabinol et le cannabidiol. Euphytica 140:1-2, 73-82.


DOI : 10.1007/s1

The pharmacology of cannabinoid receptors and their ligands : an overview. Int J Obes (Lond) 2006 avr, 30 Suppl 1:S13-8 (ISSN : 0307-0565) Pertwee RG


12. Grossesse et allaitement


Le dronabinol passe au placenta. Il n'existe pas d'études épidémiologiques sur les effets sur le fœtus chez les femmes enceintes. Peu de données sont disponibles chez les enfants. Le dronabinol se concentre dans le lait maternel et ne doit donc pas être utilisé pendant la période d'allaitement.