Ressources

Littérature médicale
Apprenez-en davantage sur le cannabis grâce à la littérature spécialisée et évaluée par des pairs ici.

Cannabis et conduite

Notes générales

Les déficiences perceptives, psychomotrices, cognitives et affectives induites par le cannabis ne sont pas compatibles avec la conduite sécuritaire d'un véhicule automobile.


En particulier dans les situations stressantes et dans les phases de flux d'informations élevé, on a observé un allongement du temps de réaction, une augmentation des réactions erronées et inadéquates ainsi que des perturbations des automatismes normalement enracinés, qui deviennent tous particulièrement importants dans un trafic difficile et imprévisible. situations nécessitant une attention supplémentaire, ce que l'on appelle la "capacité de veille".

Situation juridique en  Suisse


Les substances les plus souvent impliquées dans le trafic routier sont soumises à des valeurs seuils proches de la « tolérance zéro ».


Pour le THC, la limite légale est de 1,5 μg/l (intervalle de précision +/- 30%)


La conduite sous l'influence de stupéfiants entraîne des poursuites pénales, ainsi que des mesures administratives qui détermineront le type et la durée du retrait du permis.


Selon la loi Via Sicura, depuis le 01.01.2013, la conduite sous l'influence de drogues (y compris donc la conduite sous cannabis) conduit à une expertise de l'aptitude à conduire par la médecine de la circulation.


En cas de résultat positif dans les urines, un test sanguin quantitatif est effectué. Seul ce test peut être utilisé pour déterminer si la capacité de conduire a été altérée.


Une première infraction avec conduite sous l'emprise de cannabis entraîne une suspension du permis de trois mois. En cas de récidive dans un délai de cinq ans, le permis est retiré pour au moins un an.


L'abstinence de cannabis, attestée par des analyses d'urine, ainsi qu'une expertise par la médecine de la circulation voire la psychologie de la circulation, sont indispensables pour récupérer le permis de conduire.


Plusieurs cantons recommandent voire exigent un suivi régulier par un spécialiste des addictions.


Vous trouverez de plus amples informations sur la toxicomanie et la circulation routière sur le site Internet Infoset et auprès des offices cantonaux de l'automobile.

source: praxis-medizin.ch